Le héron cendré

Très prudent, le héron cendré se montre rarement dans les jardins et seulement pour pêcher des poissons ou des grenouilles dans une pièce d’eau. S’il en trouve, il reviendra jusqu’à ce qu’il ait épuisé cette source très ponctuelle de nourriture. En général, on le voit s’envoler précipitamment quand il est dérangé; sinon il faudra s’armer de patience pour observer sa pêche à l’aube ou le soir.

Aspect

  • Taille d’une cigogne.
  • Uniformément gris, bec puissant jaune sombre.
  • Large sourcil noir se prolongeant par une mince huppe noire.
  • Il replie souvent son cou en S, la tête semblant sortir des épaules.

Voix

Le cri le plus fréquent est un fraank  ou kraak ou chrèèk puissant et rauque. En vol, il émet souvent un cri dissyllabique court krè-ik.

Habitat

  • Il niche en colonie dans divers milieux – forêts, parcs, roselières…-, parfois assez loin de l’eau.
  • Accoutumance grandissante à l’homme.
  • Forte expansion géographique et démographique en France depuis que l’espèce est protégée. Cependant, encore assez rare dans le Midi-Pyrénées.
  • Il est sédentaire.

Nourriture

  • Surtout des poissons, également des grenouilles, des tritons et de gros insectes.
  • Il se nourrit dans les cours d’eau aux rives couvertes de végétation, les marais et les prairies humides.
  • Assez grand rayon de recherche de nourriture autour de la héronnière.
  • Chasse à l’affût en avançant lentement dans les eaux peu profondes, restant aux aguets, puis enfonçant soudainement le bec comme une dague.

Reproduction

  • De mars à mai. Habituellement, une ponte par an, de 3 à 5 œufs, vert pâle.
  • Nids volumineux de branchages, construis en colonies, généralement dans de grands arbres, rarement dans les roseaux.
  • Le nid est occupé toute l’année.
  • Mâle et femelle participent à la construction du nid, couvent et élèvent les jeunes.
Mediaffiliation