Les hôtes du jardin

La variété des oiseaux qui fréquentent un jardin dépend de sa situation. Un jardin campagnard recevra la visite régulière de nombreuses espèces mais au centre d’une grande ville on en verra peu. À la campagne, l’abondance et la diversité des hôtes ailés changent en fonction de la saison et de l’environnement.

* Les hôtes réguliers *

On peut voir régulièrement 15 à 20 espèces d’oiseaux dans un jardin, mais généralement moins en ville qu’à la campagne. Il s’agit des espèces les plus communes auxquelles s’ajoutent environ 10 autres espèces d’occurrence irrégulière. Les douze plus fréquentes espèces sont la mésange charbonnière, le merle noir, le moineau domestique, la mésange bleue, le rouge-gorge, le pinson des arbres, le verdier, la pie, le moineau friquet, la tourterelle turque, le troglodyte mignon et l’accenteur mouchet.

Dans un pays donné, la liste des oiseaux observés présente toutefois des variations selon la végétation. Ainsi, le troglodyte et la mésange noire seront des hôtes potentiels s’il y a des conifères, tandis que la sittelle et le pic épeiche viendront plutôt là où croissent de grands arbres caduques.

* Des oiseaux en toutes saisons *

Trois catégories d’oiseaux viennent dans les jardins : les visiteurs d’hiver, ceux qui nichent et les espèces qui passent durant leurs migrations au printemps et en automne. Certaines espèces sont présentes à la fois en été et en hiver: ainsi,le rouge-gorge, le merle noir et d’autres oiseaux, qui visitent les mangeoires en hiver, peuvent nicher, dans le jardin au printemps. Néanmoins, selon les saisons, vous remarquerez la présence ou l’absence de certaines espèces.

À la fin de l’hiver, plusieurs oiseaux disparaissent pour aller nicher au loin, telles les grives mauvis et litornes, ou dans la campagne voisine, comme le bruant des roseaux et une partie des troglodytes et des mésanges. Leur place sera prise par des migrateurs  comme le gobe-mouches gris, les hirondelles de fenêtres et de cheminée, etc…  En hiver, toutes sortes d’oiseaux viennent chercher à manger, mais au printemps le comportement territorial limite sévèrement leur nombre.

Les périodes de migration sont intéressantes car elles amènent des oiseaux insolites dans les jardins. À la fin de l’été et en automne les jeunes oiseaux émancipés vagabondent à la recherche d’un lieu qui leur convienne. Au printemps, vous pouvez voir des migrateurs comme le pouillot véloce et le pouillot fitis faire escale pour chercher des pucerons sur les rosiers. D’autres visiteurs inattendus surviendront.

Vous reverrez ces voyageurs après la période de nidification , dès juillet- août. Il vous sera alors beaucoup plus facile de les reconnaître car plusieurs recommencent à chantonner tout en accumulant des réserves de graisse avant d’entreprendre leur migration.

* Visiteurs d’exception *

On peut rencontrer toutes sortes d’espèces dans un jardin, y compris des perruches, des canaris et des astrilds ! Les périodes de migration font venir des hôtes d’exception qui se sont égarés, par exemple, en Grande-Bretagne, des mergules nains, oiseaux marins apparentés au macareux moine, qui nichent dans l’Articque et normalement passent l’hiver dans l’Atlantique nord.

On peut s’attendre à voir aussi bien une perruche ondulée qu’un oiseau jamais observé en Europe. Si un oiseau insolite apparaît dans votre jardin, notez sa coloration, sa silhouette et demandez à un connaisseur de vous aider à l’identifier avant qu’il ne s’en aille. S’il s’agit vraiment d’un oiseau rare, ne soyez pas bavard, sinon des amateurs envahiront votre propriété…

Mediaffiliation